Hydrothérapie du côlon

 

          Viviane BONATO

diététicienne – hydrothérapeute

 vous  propose de venir en Provence dans le petit village de Pierrevert pour pratiquer des séances d’irrigation du côlon.

« Prendre soin de soi est nécessaire et agréable. » Ces soins apportés tout en douceur vous donneront une sensation de bien être total, tant physique que mental. L’importance de l’alimentation sur notre santé  n’est plus à démontrer,  bien digérer et bien éliminer sont les deux premières conditions à l’épanouissement de notre corps. Un bon fonctionnement intestinal participe au maintient d’un équilibre global,  en apportant à l’esprit vitalité et harmonie. Le nettoyage est la base de notre hygiène. Tous les jours nous nettoyons notre maison, notre voiture, notre jardin, notre corps extérieur par les bains et les douches, mais jamais nous ne pensons à nettoyer notre intérieur.

« un homme sage est un homme dont l’intestin fonctionne bien » Bouddha

L’irrigation du côlon permet de se sentir « propre » et comme remis « à neuf » et léger. Les ballonnements, gaz, gênes diverses disparaissent.

Non seulement le patient se sent en meilleur état sur le plan digestif, mais encore les organes de voisinage (vessie, utérus, ovaires, reins, foie…) n’en seront que plus à l’aise.

Les bénéfices de l’hydrothérapie du côlon :

  • stimulation du système parasympathique qui apporte :
    • détente
    • relâchement des tensions et des spasmes
    • stimulation du péristaltisme
  • dynamisme intestinal par action mécanique et thermique
    • péristaltisme amélioré
    • réveil du tonus musculaire, mouvement de masse
    • réveil de l’action réflexe
  • résoudre l’état d’encombrement
    • matières sèches en cas de constipation
    • matières irritantes en cas d’acidité ou de fermentation
    • gaz en cas de ballonnements
  • décongestion des organes limitrophes
  • amélioration de la digestion
  • réhabilitation du transit intestinal

Cette pratique n’est pas un acte médical mais une simple mesure d’hygiène préventive. (délibéré tribunal d’Orléans 1993)